Thaïlande : Le CBD gagne du terrain dans les cercles médicaux

0
38

Récemment, l’ouverture de nouvelles cliniques thaïlandaises distribuant de l’huile de cannabis à des fins médicales a attiré l’attention internationale, non seulement sur l’industrie florissante du cannabis dans le pays, mais sur les nombreux avantages réputés de l’huile.

La législation du cannabis en Thaïlande

En 2018, la Thaïlande est devenue le premier pays d’Asie du Sud-Est à légaliser le cannabis médicinal, bien que de nombreux Thaïlandais l’utilisaient depuis longtemps en médecine traditionnelle.
Afin de faciliter le cannabis médicinal en Thaïlande, le ministère de la Santé publique ne répertorie plus le cannabidiol (CBD) extrait du cannabis comme stupéfiant tant qu’il a une pureté de 99% ou plus et contient du tétrahydrocannabinol (THC) n’excédant pas 0,01% en poids.
Autrement dit, depuis le 30 août 2019, l’huile de CBD pure à 99% n’est plus un stupéfiant comme l’indiquait la loi depuis 1979. Le public ne doit pas se laisser emporter par l’excitation de cette libéralisation partielle car la production, les ventes, les importations, les exportations et la possession de tout extrait de cannabis et de chanvre restent sous le contrôle strict des autorités. Sur le plan juridique, la libéralisation peut être interprétée comme une première étape de la libéralisation effective du cannabis médical, en attendant des réglementations plus clairement définies.
Le règlement du 30 août donne l’espoir d’un jour meilleur à venir.

L’agriculture de cannabis local

L’huile de CBD pure à 99% extraite du cannabis ne sera plus considérée comme un stupéfiant, uniquement si elle est produite en Thaïlande. Les importations ne sont pas possibles pendant une période se terminant en 2024. Il n’y a pas de doute la nouvelle règle favorise la fabrication de l’huile de CBD à des fins médicinales en Thaïlande, tout en permettant aux étrangers d’investir et de détenir un tiers ou 33% des actions d’une entreprise de fabrication thaïlandaise qui fabrique de l’huile de CBD.
Le ministre de la Santé publique Anutin Charnvirakul a proposé que les agriculteurs individuels soient autorisés à cultiver des plantes de cannabis dans le cadre d’un programme conjoint avec l’État. Le règlement proposé vise à permettre aux agriculteurs individuels d’obtenir l’autorisation de cultiver des plantes de cannabis à des fins médicinales, mais l’agriculture devra être un projet conjoint avec une agence d’État autorisée. L’autorisation de cultiver du cannabis sera examinée par la Food and Drug Administration. «Quand cela entrera en vigueur, ceux qui veulent cultiver du cannabis pourront s’inscrire en tant que fermiers et travailler avec un hôpital public pour cultiver la plante», a-t-il déclaré.

Le gouvernement thaïlandais est impatient de récolter le potentiel de plusieurs milliards de dollars, en investissant dans la technologie pour extraire, distiller et commercialiser les huiles de cannabis. Avec le ministre de la Santé Anutin Charnvirakul défendant le cannabis médical comme culture de rente et faisant même allusion à la légalisation de l’usage récréatif, l’industrie thaïlandaise du cannabis est sur le point d’atteindre une valeur de 600 millions d’euros d’ici 2024, selon Prohibition Partners, une société de recherche sur le cannabis.

A l’heure d’aujourd’hui, il existe 25 cliniques de cannabis rattachées à divers hôpitaux thaïlandais à travers le pays, mais elles ne fonctionnent que quelques jours par semaine en raison du manque de personnel spécialisé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Commencez votre commentaire
Nom